Potential Sanction Scan : Vos clients sont-ils actifs en Russie ou en Biélorussie ?

Les entreprises zombies ne profitent presque pas de la réglementation NOW

Temps de lecture : 5 minutes | Rédigé par Anne de Geus | 3 mai 2021

Communiqués de presse

Selon une analyse menée par Altares Dun & Bradstreet auprès de 93 000 entreprises ayant bénéficié d’un soutien dans le cadre de la réglementation NOW, les entreprises les plus actives ont également reçu le plus de soutien en valeurs relatives. Ce ne sont donc pas les « entreprises zombies » qui profitent de l’aide apportée, les bras croisés.

Rotterdam, le 3 mai 2021 – Les entreprises les plus actives reçoivent le plus de soutien dans le cadre de la réglementation NOW. Parmi les entreprises ayant bénéficié d’un soutien à travers la réglementation NOW, 83 % sont actives, voire très actives, en ce qui concerne par exemple l’envoi et le paiement des factures. Il s’agit de l’une des conclusions de l’analyse menée par le spécialiste des données d’entreprise, Altares Dun & Bradstreet, sur les plus de 93 000 entreprises qui ont bénéficié d’une aide à travers la réglementation néerlandaise NOW (Tijdelijke Noodmaatregel Overbrugging voor Werkgelegenheid – une mesure d’urgence temporaire pour l’emploi). Par ailleurs, les entreprises les moins actives reçoivent le soutien le plus faible. Ce ne sont donc pas les « entreprises zombies » qui profitent de l’aide apportée, les bras croisés.

Les grands gagnants : les PME

À mesure que leur nombre de collaborateurs augmente, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à solliciter de l’aide dans le cadre de la réglementation NOW, avec un pic pour les entreprises comptant entre 21 et 101 collaborateurs : 34 % d’entre elles bénéficient d’un soutien NOW. Par conséquent, les PME reçoivent davantage de soutien. Les entreprises comptant plus de 100 collaborateurs s’en sortent mieux sans la mesure d’urgence.

Des entreprises saines sur le plan financier

Altares Dun & Bradstreet attribue une note de crédit aux entreprises, 1 étant le meilleur résultat et 4 le pire. Une analyse de ces ratings a révélé que la plupart des entreprises bénéficiant d’une aide dans le cadre de la réglementation NOW étaient saines sur le plan financier au 1er janvier 2020. 17 % d’entre elles présentaient même le rating D&B le plus élevé (1), tandis que 20 % affichaient un rating de 2. Seuls 6 % des 93 085 entreprises recevant une aide à travers la réglementation NOW avaient le rating le plus faible (4) à ce moment-là, soit 11,5 % de toutes les entreprises néerlandaises présentant ce rating. En outre, la plupart des entreprises qui bénéficient de la réglementation NOW paient leurs factures dans les temps. Ainsi, 99 % des entreprises bénéficiant d’un soutien dans le cadre de cette mesure d’urgence n’étaient pas impliquées dans un processus de recouvrement depuis au moins 36 mois.

Joris Peeters, chief data scientist et strategic consultant chez Altares Dun & Bradstreet : « Les médias ont avancé à plusieurs reprises que les “entreprises zombies” bénéficiaient du soutien apporté dans le cadre de la réglementation NOW. Toutefois, notre analyse a révélé que ce n’était pas le cas. Seule une infime partie des entreprises qui reçoivent cette aide est moins active. Les sociétés qui bénéficient du soutien de NOW sont justement des organisations qui, avant la crise sanitaire, étaient saines sur le plan financier, présentaient un rating élevé et n’étaient redevables d’aucune dette. Les PME ont rencontré de nombreuses difficultés durant la crise ; les chiffres le prouvent. Notre analyse démontre que l’aide est répartie convenablement, ce qui, nous l’espérons, permettra de maintenir l’économie à flot. »

À propos de l’analyse

Les entreprises ayant bénéficié du soutien du gouvernement néerlandais sont connues. 137 155 entreprises ont reçu une aide financière dans le cadre de la première vague de mesures (NOW1), contre 63 629 entreprises dans le cadre de la deuxième vague (NOW2). Les autorités fournissent le nom et le siège social de ces 200 784 entreprises, mais ne divulguent pas davantage d’informations. Nos analystes se sont appuyés sur ces données pour réaliser leur étude.

Nous avons comparé cette longue liste à notre vaste base de données et avons recherché des correspondances. Certaines entreprises figuraient deux fois dans les listes publiées par les autorités, car elles ont bénéficié du soutien apporté tant par NOW1 et que par NOW2. Nous n’avons pas toujours été en mesure d’établir avec certitude des correspondances entre les entreprises et notre base de données. L’entreprise Jansens d’Amsterdam, par exemple, en fait partie. Par ailleurs, plusieurs entreprises n’apparaissaient pas dans notre base de données au 1er janvier 2020 parce qu’elles n’existaient pas encore à l’époque, par exemple.

Il restait donc 93 085 entreprises ayant bénéficié de l’aide gouvernementale et pour lesquelles nous disposions de données financières en date du 1er janvier 2020. Nous avons choisi cette date volontairement, car à ce moment-là, l’épidémie de COVID-19 n’avait encore entraîné aucune incidence sur la situation financière des entreprises. Ces données nous montrent comment les entreprises qui ont bénéficié du soutien de la réglementation NOW se portaient avant la survenue imprévue de la crise sanitaire.

Consultez ici le rapport dans son intégralité

Partager sur les réseaux sociaux

Partagez sur
Partagez sur
Partagez sur

Anne de Geus

Marketing campaign officer

Livre blanc

Credit monitoring

Détectez les possibilités pour votre organisation

Il est utile de réaliser une analyse de solvabilité avant d’accepter un nouveau client, mais celle-ci est par ailleurs immédiatement obsolète. En effet, le véritable risque de crédit naît à partir du moment où le client intègre votre portefeuille. La solution : suivre la santé financière de vos clients en temps réel.

PDF de 16 pages, 0,4 MB
Credit monitoring

Envie d’en savoir plus sur la gestion de crédit et la compliance ?

2022 © Tous droits réservés – Dun & Bradstreet Belgium S.A.

Votre choix